Documentaire "Vivre avec les vautours gypaètes" à ne pas manquer

Corridors sauvages

En 2050, la planète comptera 9,7 milliards d’habitants. Comment les espèces sauvages s’intègrent-elles dans une Terre de plus en plus colonisée, bétonnée et développée ? Sommes-nous capables de partager des territoires avec d’autres espèces vivantes, et de concilier les besoins de chacun - ce qui pourrait assurer la survie de tous ?

Du désert de Namibie aux montagnes françaises, en passant par le plateau du Népal et les forêts de Roumanie, cette série mondiale explore quatre corridors naturels - encore menacés - pour tenter d’aborder le potentiel de cohabitation pacifique.

Nous vous l’annoncions lors d’un précédent article, voici aujourd’hui le synopsis de l’épisode "Vivre avec les vautours gypaètes" de la série : Corridors sauvages

Dans le sud de la France, la présence de l’homme a conduit à la disparition de nombreuses espèces emblématiques dans un couloir de mille kilomètres reliant les Pyrénées aux Alpes. Après quarante ans de chantiers de réintroduction isolés, naturalistes, scientifiques et villageois cherchent à relier les territoires entre eux pour permettre aux animaux de se déplacer librement.

En augmentant sans cesse son emprise sur les sols, l’homme a rompu les passages naturels par lesquels les animaux circulaient. Tout autour du globe, de bonnes volontés tentent désormais de les restaurer, avec un défi à la clé : cohabiter avec le monde sauvage. Dans le sud de la France, la présence de l’homme a conduit à la disparition de nombreuses espèces emblématiques dans un couloir de mille kilomètres reliant les Pyrénées aux Alpes. Après quarante ans de chantiers de réintroduction isolés, naturalistes, scientifiques et villageois cherchent maintenant à relier les territoires entre eux pour permettre aux animaux de se déplacer librement. Mais une espèce ne parvient pas encore à s’y fixer : le gypaète barbu.

JPEG - 77.3 ko

Cet épisode suit la réimplantation du plus grand vautour d’Europe dans ce vaste corridor écologique.

Pour visionner un extrait c’est ici

Partager :